Les signes que votre organisation manque de rétroaction


Certaines personnes préfèrent le statu quo plutôt que de s’aventurer dans l’inconfort que peuvent susciter les discussions traitant de sujets délicats. Si c’est votre cas ou si c’est la tendance dans votre milieu de travail, lisez ce qui suit.


Pas besoin d’aller loin pour constater les ravages du manque de rétroaction ou l’incommunicabilité dans les milieux de travail. Ouvrez les journaux en ligne et voyez par vous-mêmes ce qui se passe dans les instances gouvernementales et au niveau régional avec les services de santé et services sociaux. Vous pouvez facilement voir les impacts lorsqu’il y a absence d’une communication authentique permettant l’évolution des individus dans leur espace professionnel.


Dans une organisation ou une entreprise, pour que ses membres puissent grandir et rester engagés, il est impératif d’utiliser la rétroaction. Sans cette forme de communication, les risques de scission au sein de l’équipe sont imminents.

Lorsque je donne ma formation Donner et recevoir de la rétroaction pour évoluer, il n’est pas rare que des gens croient que donner une rétroaction, c’est critiquer l’autre. Comme quoi, il y a encore du chemin à faire pour changer les perceptions à propos de cette pratique.


Pour savoir si vous auriez avantage à mettre en place un système de rétroaction dans votre organisation, lisez cette liste de signes. Ils sont des symptômes qui indiquent qu’il est temps de rétablir la communication avec ou entre les membres de l’équipe.





LES SIGNES QU’IL MANQUE DE RÉTROACTION :


-Nonchalance, désintérêt, démotivation.

-Évitement, silence radio de la part de votre collègue lorsque vous envoyez un courriel, un texto.

-Réactions de fermeture ou désagréables lorsque vous communiquez avec un collègue.

-Une problématique récurrente malgré les demandes de rétablir la situation.

-Messages détournés : sarcasmes, humour noir, sous-entendus.

-Tabous : il y a des sujets qu’il vaut mieux ne pas aborder… Le silence et le refus ou la peur de s’exprimer.

-Médisance entre les membres de l’équipe.

-Intolérance entre des collègues. Par exemple : refus de collaborer, dégoût exprimé, tensions, conflits.

-Désengagement. Par exemple : absences ou retards répétés, retrait, exclusion, démissions.

-Menaces, accusations, cris, agressivité verbale, physique.


Maintenant que vous connaissez les signes, comment évaluez-vous les besoins de communication au sein de votre milieu de travail?


QUOI FAIRE ET PAR OÙ COMMENCER AVEC LA RÉTROACTION?


1- Observez l’ambiance de travail : Que voyez-vous? Qu’entendez-vous? Que ressentez-vous?

2- Identifiez les signes.

3- Évaluez les besoins de communication.

4- Mettez en place un système de rétroaction.

5- Veillez à ce que chacun contribue régulièrement à donner et recevoir de la rétroaction.

6- Accompagnez les membres à développer leurs compétences de communication.

7- Cherchez de l'aide au besoin. Si vous en êtes à cette phase, vous pouvez profiter de mon guide et mes stratégies détaillées par courriel avec Les essentiels de la rétroaction. Ou prendre rendez-vous pour un support immédiat.


"Tant que l'on n'est pas capable de recevoir avec le coeur ouvert, on ne donne jamais vraiment avec le coeur ouvert." -Brené Brown

Ce que les participants à ma formation sur la rétroaction apprécient le plus est la partie pratique et les discussions de cas. La partie coaching permet aux participants de se mobiliser pour intégrer les compétences utiles et aidantes tant pour donner que pour recevoir la rétroaction. Cette démarche leur permet de conscientiser leurs compétences et ce qu’ils veulent mettre en place pour solutionner leurs difficultés relationnelles.


Avec Donner et recevoir de la rétroaction pour évoluer nous allons encore plus loin que les notions théoriques.

Le développement d’habiletés et de stratégies de communication est l’étape qui fait la différence entre un système de rétroaction qui a de l’impact dans le temps et un qui donne peu ou pas de résultats.


Quel niveau d’inconfort les membres de votre équipe sont-ils prêt à traverser pour le bien commun?

Et vous, quel est votre seuil de tolérance à l’inconfort des discussions délicates? Sachant qu’il s’agit d’un désagrément temporaire, que seriez-vous prêt à changer ou améliorer dans votre approche de la communication?










Photo by Arif Riyanto on Unsplash

© 2017-2021 Véronique Morissette