Donner et recevoir de la rétroaction pour évoluer en tant qu’intervenant.

Mis à jour : avr. 25

Est-ce que ça fait partie de ta pratique? Est-ce que c’est intégré dans ta routine de travail avec tes collègues intervenants? Comment ça se passe?

Peut-être que c’est fait informellement ou systématiquement après chaque activité dans ton organisme?

Certains ont peur d’en donner, de ne pas savoir comment s’y prendre ou bien peur de blesser. Et, parfois, ça peut être difficile d’en recevoir car on peut se sentir critiqué, moins aimé, incompétent, avoir peur du rejet ou du jugement.


Quoiqu’il en soit, sache que ces deux compétences, donner et recevoir de la rétroaction, se trouvent parmi les clés du développement professionnel et de la santé d’une équipe de travail.

Pour manier l’art de la rétroaction et te permettre d’être un meilleur intervenant, lis ce qui suit.


LES DIFFICULTÉS LORSQUE LA RÉTROACTION EST ABSENTE.


Les non-dits, tu le sais, laissent place trop souvent à l’interprétation et aux malaises. Ça peut aussi avoir des répercussions négatives à petite et plus grande échelle. Comme celles-ci par exemple :

- Tensions entre collègues.

- Insatisfaction, conflit et fermeture face à un ou des collègues.

- Manque de motivation à effectuer certaines tâches.

- Manque de collaboration entre les membres de l’équipe.

- Communication incohérente (sarcasmes, sous-entendus, faire semblant que ça va bien alors que ça ne va pas, en parler mais pas à la bonne personne).

- Incohérence des interventions auprès des participants.

- Insatisfaction des participants, baisse de participation.

Mieux vaut, donc, se libérer du poids des non-dits pour faire place à la synergie d’une équipe authentique et bienveillante.


QU'EST-CE QUE ÇA PERMET?


Voici quelques exemples de tout ce que tu peux cultiver par la rétroaction.

- Authenticité, bienveillance, introspection, ouverture d’esprit, écoute, présence.

- Solidifier le lien de confiance avec les collègues.

- Offrir et recevoir un appui dans ton développement professionnel et celui de tes collègues.

- Devenir un meilleur accompagnateur en améliorant tes compétences. C’est donc dire que ça te permet d’encore mieux accomplir ta mission.

- Acquérir des habiletés pour superviser des stagiaires.

- Maîtriser des habiletés de communication.


Changer un seul élément du système, c’est changer le système au complet.


COMMENT DONNER UNE RÉTROACTION


J’arrive à la rencontre avec l’intention de permettre à mon collègue de s’améliorer et de modifier un comportement dérangeant. Ce n’est pas l’endroit pour donner des conseils.

J’établis avec mon collègue le meilleur moment pour communiquer. Les communications sont toujours plus faciles quand la disponibilité physique et mentale est au rendez-vous des deux côtés.


Je nomme les faits et ce qui est observé. La rétroaction doit être spécifique et non basée sur des jugements ou hypothèses.

J’utilise la formule en sandwich.


Les étapes de la rétroaction :

a) Reconnaissance des points forts. « C’était excellent lorsque tu… »

b) Nommer ce qu’on souhaite voir s’améliorer, i.e., le comportement à améliorer. « J’ai été surpris lorsque tu… J’aurais préféré… » ou « La prochaine fois que … que penserais-tu de… ».

c) Synthèse « Dans l’ensemble, j’ai apprécié… »


COMMENT RECEVOIR UNE RÉTROACTION


J’arrive à la rencontre avec curiosité et avec l’intention d’apprendre pour évoluer.

Lorsque mon collègue me parle, j’écoute avec ouverture. J’évite d’interrompre ou de me justifier.

Je demande des clarifications dans le but de mieux comprendre ce que mon collègue me transmet. Je retiens ce qui est utile et aidant pour mon développement. Ensuite, je peux remercier mon collègue pour la prise de conscience qu’il me permet.


UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE


Pour terminer, la rétroaction n’est pas seulement la tâche du superviseur, du coordonnateur ou du directeur. C’est aussi la responsabilité de chaque collègues entre eux, peu importe le statut au sein de l’organisation.


Qu’es-tu prêt à mettre en place pour faire part de ta prochaine rétroaction à un collègue? Et, quelle posture veux-tu adopter la prochaine fois que quelqu’un te transmettra une rétroaction, sachant que c’est un cadeau qu’il te fait?


Cette pratique devrait se trouver au cœur de toutes les organisations. Que ce soit pour contribuer au développement des intervenants, à l’autonomie de l’équipe et au bien-être des personnes accompagnées.

Si ça ne fait pas encore partie de tes habitudes au travail, contacte-moi pour recevoir une formation complète sur tes lieux de travail.

Véronique Morissette

Coach PNL certifiée

Supervision clinique et mentorat

96 vues

© 2017-2020 Véronique Morissette