Comment rester présent dans l’inconfort.

Mis à jour : janv. 6


5 étapes pour gérer une émotion désagréable ou envahissante.


Chacun de nous, à un moment ou un autre de notre vie avons expérimenté un grand désir de fuir et d’éviter l’inconfort généré par certains sentiments comme la honte, la peur, la tristesse, la déception, la solitude, etc. C’est l’une des causes directes, selon moi, des déséquilibres qui mènent à la (sur)consommation, aux dépendances et aux habitudes toxiques. Vouloir éviter d’avoir mal à tout prix nous amène dans des postures internes et externes qui peuvent parfois faire encore plus de mal à soi, aux autres et à notre planète.


Aucune recette miracle sur le marché n’existe actuellement pour faire disparaître définitivement la douleur ou le mal-être que certains sentiments peuvent nous faire ressentir. La technique que j’utilise est une des solutions puissantes pour passer à travers l’inconfort vécu sans conséquence négative. Il s’agit d’apprendre à rester présent et à adresser directement cet inconfort. Ce n’est pas facile, mais c’est simple!



Une occasion de choisir à nouveau


À la même période l'an passé et alors que je m'apprêtais à mettre un terme à mes dépendances, j’étais allée voir Eckhart Tolle à Montréal avec une amie. Dans cette salle à écouter en personne un homme que je vois comme un mentor spirituel, ça m’a donné l’inspiration nécessaire lorsqu’il a dit: « Presence is a state of inner spaciousness », La présence est un état d’espace intérieur [traduction libre]. Ce que ça a permis pour moi, ce que je me suis permis est de créer l’espace nécessaire pour choisir encore. Un « buffer » pour choisir autre chose.


Le processus d’indépendance n’est pas sans inconfort ni sans gestion émotionnelle, tu t’en doutes! Même si un grand travail thérapeutique est déjà fait, plusieurs déclencheurs de stress peuvent surgir au quotidien. Que ce soit les pensées non-aidantes que j’entretiens, les paroles et les gestes des autres qui me dérangent, les situations qui ne correspondent pas à mes attentes et tout autre irritant de la vie de tous les jours. Et pourtant, tout ça, c’est juste ce qui est et que je résiste. La bonne nouvelle c’est qu’il existe plusieurs solutions.



5 étapes pour se libérer d’une émotion désagréable ou envahissante


Pour rester présent dans l’inconfort, il est utile de savoir gérer les émotions désagréables et envahissantes. Cette formule que je te propose dans mes mots et à ma manière existe depuis très longtemps et plusieurs l’enseignent sous une forme ou une autre. Personnellement, je l’ai expérimenté intuitivement la première fois et, à chaque fois, je me suis sentie apaisée et j’ai solutionné rapidement la situation s’il y avait quelque chose à faire. Si c’est possible pour toi, retires-toi et fait cet exercice quand tu es seul-e.



1) Quand l’émotion désagréable surgit et que les pensées arrivent : tu t’arrêtes et tu observes.

2) Qu’est-ce qui se passe, quelle est l’émotion? Qu’est-ce que tu ressens et c’est où dans ton corps?

3) Tu as identifié l’émotion et son lieu. Qu’est-ce que ça te dit? Quel est le message et l’intention positive de cette émotion? C’est quoi ton besoin?

4) Dans cette partie de ton corps, ou peut-être ailleurs, réside la réponse à comment soulager toi-même ce besoin.

5) Double-check : y a-t-il autre chose que je dois mettre en place pour me sentir mieux? Oui : refaire 4) ou Non : remercies-toi et remercies la vie d’avoir permis de vous être permis d’exister sans résistance.


Cet exercice permet aux émotions de circuler librement après avoir rempli leur fonction en nous transmettant l’information dont nous avons besoin.


Être en présence


En route vers une meilleure gestion de l’inconfort, plus je pratique la présence et plus ça me permet d’être à l’écoute et dans le flow de la vie. D’avancer avec l’inconfort plutôt que contre. Je suis de plus en plus consciente de mes résistances. C’est notre résistance à ce qui est qui fait mal, pas les événements eux-mêmes. Alors, il est utile de se donner droit à l’erreur et d’éviter de se juger lorsqu’on ne maîtrise pas encore le « self-control » et qu’il nous arrive de réagir. L’important est de se rattraper dès que possible et de revenir à cet espace décisionnel, le « state of inner spaciousness ». Une seule fraction de seconde de présence peut faire toute la différence dans ta journée.


Quelle posture te ferait le plus de bien ce moment? Qu'est-ce que tu choisiras la prochaine fois que tu feras face à l'inconfort? Que l’engagement envers toi-même t’accompagne dans ta pratique!



Véronique




Photo by Thư Anh on Unsplash


153 vues

© 2017-2020 Véronique Morissette